Rêveur, rageur

Anne Roche

Résumé


La plupart des critiques sur l’œuvre de Chevillard insistent sur les procédés formels qui visent à une déconstruction ironique du genre romanesque et des illusions qui le sous-tendent. Sans minimiser ce versant essentiel de l’œuvre, notre article se propose plutôt d’en souligner la base émotionnelle, un sentiment de “rage”, de “colère” qui anime avant tout les personnages (Furne de Le Caoutchouc décidément ou les narrateurs de Choir) mais qui n’est sans doute pas étranger à leur créateur.

Mots-clés


Chevillard; rage; réflexivité; Choir; inversion

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo