Quand Vassilis Alexakis tricote le moi translingue

Alain Ausoni

Résumé


Le français a d’abord été la langue de choix de Vassilis Alexakis. Mais dès la publication de Tαλγό (1980), son premier roman composé d’abord en grec, sa langue maternelle, l’écriture de chacun de ses textes a été soumise au dilemme du choix de la langue. En réaction aux réserves, rares mais bouleversantes, suscitées en France par sa pratique littéraire translingue, Alexakis a décidé d’écrire, en français, un texte autobiographique intitulé Paris-Athènes (1989). Afin d’entrelacer l’histoire de l’écriture du texte et le récit rétrospectif de sa singulière trajectoire littéraire, Alexakis a dû dépasser la “diglossie littéraire” – le grec étant la langue de la mémoire et le français celle, ludique, du présent – qui caractérisait jusque-là ses écrits. La réussite de son “explication avec la langue française” a été déterminante pour la suite de son parcours d’écrivain. Elle témoigne également du rôle central de l’autobiographie dans le phénomène du translinguisme littéraire.

Mots-clés


Vassilis Alexakis; autobiographie; bilinguisme; translinguisme littéraire

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo