Quelques tubes pour une histoire jamais advenue. Le rôle des chansons dans “Le Vol du pigeon voyageur” de Christian Garcin

Isabelle Mireille Dangy

Résumé


Dans Le Vol du pigeon voyageur, de Christian Garcin, le protagoniste déclare préférer la chanson populaire à l’opéra italien. En écho à cette affirmation, le récit est ponctué d’une quinzaine d’allusions à des « tubes » issus de la variété française des années soixante et soixante-dix, de Johnny Halliday à Claude François en passant par Dalida. Parfois ces chansons surgissent spontanément dans la conscience du personnage, parfois elles y sont amenées par l’entremise de l’orchestre qui joue dans l’hôtel qu’il habite à Pékin, où il séjourne pour mener une enquête autour de la disparition d’une jeune fille.

On cherchera ici à analyser la manière dont ces chansons, par le biais de leur titre ou des bribes qui en émergent, et par le processus de remémoration qu’elles induisent, sont insérées dans le texte de manière à créer un effet de contrepoint guilleret par rapport à l’enquête, par rapport au regard jeté sur la ville chinoise, et par rapport aux aléas de la vie sentimentale du personnage. Elles se rattachent ainsi aux principaux enjeux de ce bref roman, et notamment au projet de décrire un mode de pensée intuitif et en quelque sorte capillarisé.

 



Mots-clés


enquête; Extrême-Orient; remémoration; préconscient; variétés

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo