Dire l'Histoire par les chansons : une question littéraire. “Rose poussière” et “Ingrid Caven” de Jean-Jacques Schuhl

Ludovic Bichler

Résumé


Intriquées dans la vie quotidienne, les chansons ont été utilisées comme support de la mémoire et, dans certaines traditions sociologiques, se lisent comme des symptômes de l'état de la société. Jean-Jacques Schuhl utilise ces qualités pour décrire les “Swinging Sixties” et les années d'après d'une manière presque contemporaine dans Rose poussière (1972) et de manière rétrospective dans Ingrid Caven (2000). Les chansons fournissent ainsi une méthode pour raconter l'Histoire, mais aussi une esthétique basée sur le moment, la soudaineté ou la violence là où il s'agit de les Rolling Stones.

Cette esthétique nécessite un récit sans narration, essentiellement pictural, et permet à l'auteur de développer un concept du temps hérité des chansons et de la mode, qu'il applique à la littérature.


Mots-clés


Jean-Jacques Schuhl ; musique ; mode ; écoute ; bande-son

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo