“Mort aux vaches!”, “Mort aux keufs!”: continuités du rap français avec la chanson

Bettina Ghio

Résumé


Cet article part de l’étude d’un motif particulier – l’appel « au meurtre » du gendarme – pour établir une filiation entre des formes du rap français avec certaines traditions de la chanson française. De “NTM” à Renaud, de Renaud à Brassens, de l’univers des chansons de Brassens à celui d’une France populaire, frondeuse, anarchiste (la haine joviale des figures de l’autorité), l’étude montre qu’il y a transmission de modèles et par là même que l’idée d’un rap français, décalé par rapport à ses origines afro-américaines, peut être étayée. Au-delà donc de la seule référence à la chanson, c’est un phénomène d’ordre culturel qui est ainsi mis en relief, la dimension carnavalesque des arts populaires, qui rattache l’univers de la cité de banlieue actuelle à celui où triomphait, plusieurs siècles en amont, Guignol et son théâtre.

 


Mots-clés


chanson; rap; imaginaire grotesque; burlesque

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo