Des virtualités de la fiction policière. Lecture(s) de “Comptine des Height” de Jean Lahougue

Brice Evain

Résumé


Appelons virtualités l’ensemble des conjectures et des prévisions que le lecteur produit au fil de sa lecture et que le texte vient ou non corroborer in fine. Le roman policier à énigme propose une illustration paroxystique de ce double mouvement d’ouverture et de fermeture du sens qui s’opère au cours de la lecture : le récit, sans cesse recomposé, se clôt en une résolution finale qui en fixe le sens et élimine implacablement les virtualités qui enveloppaient la fiction. Comment dès lors concevoir un récit policier qui, tout en conservant son caractère clos, n’abolisse pas ce faisant ses virtualités ? Comment concilier résolution et indétermination dans le récit d’énigme ? Ce sont ces questions que cet article se propose d’explorer à travers l’analyse du roman Comptine des Height (1980) de Jean Lahougue.


Mots-clés


virtualités; roman policier; clôture narrative; Jean Lahougue ; Comptine des Height ; lecture

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo