Des états fictionnels superposés ? Virtualités des artefacts narratifs de la science-fiction

Simon Bréan

Résumé


Les “artefacts science-fictionnels”, objets sémiotiques censés provenir d’un monde imaginaire (Richard Saint-Gelais), permettent une rencontre privilégiée entre la notion de fiction et celle de virtuel. Sous une forme non-narrative – illustration, carte, extrait d’encyclopédie – ces artefacts introduisent une ambiguïté suggérant que le matériau fictionnel pourrait bien être un matériau virtuel. Sous leur forme narrative, ils présentent simultanément les caractères de récits de fiction et ceux de documents virtuels. Trois artefacts narratifs seront étudiés (H.P.L. (1890-1991), de Roland C. Wagner, Rêve de fer de Norman Spinrad, et Dreamericana de Fabrice Colin) afin de distinguer trois degrés du mécanisme de virtualisation des textes, par justification interne, par un faux paratexte, et par la formalisation d’un récit autonome. Ces artefacts exhibent une fiction faite de la superposition d’états incompatibles, exigeant donc du lecteur à la fois une posture naïve, une attention critique, et une réflexion sur l’écriture de la science-fiction.


Mots-clés


fiction ; livres imaginaires ; science-fiction ; uchronie ; virtualité

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo