Disparition et virtualité de l’original : romans traduits et pseudo-traduits

Jean-François Duclos

Résumé


Les pseudo-traductions, qui donnent l'illusion d'un texte écrit en une langue étrangère, sont un objet d'étude depuis trente ans. Utilisant des travaux récents publiés sur ce sujet, le présent article examine les éléments de fiction impliqués dans un tel dispositif littéraire, et en particulier l'ambiguïté du statut du texte original. Une fois qu'une pseudo-traduction est reconnue en tant que telle, l'original, considéré précédemment comme absent, devient virtuel, et sa prétendue traduction est révélée comme étant la source; mais une source qui doit garder les traces du transfert fictif d'une langue et culture à l'autre. Les pseudo-traductions transforment la fiction en un miroir de toutes les formes de virtualité, et réduisent l'orginal à une tautologie fragile. Ce riche paradoxe se retrouve également dans des œuvres de fiction où auteurs et traducteurs s'affrontent pour obtenir la propriété exclusive de l'original et reléguer le concurrent et le texte en compétition au domaine virtuel.

Mots-clés


pseudo-traduction; traduction; orignal

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo