Un hérisson peut toujours arriver

Thangam Ravindranathan

Résumé


Cet essai examine dans trois textes contemporains ("Le koala", nouvelle de Thomas Gunzig, "My mother told me monsters do not exist" de Marie Darrieussecq, et Du hérisson d'Éric Chevillard) l'apparition d'un animal incongru, pour méditer autant sur ce que cette scène littéraire peut avoir de proprement écologique (oikos fragile, qu'on n'habiterait plus seul) que sur ce que cette scène écologique peut avoir de proprement littéraire (où le langage devient milieu intime de rencontre, d'allergie ou de traces partagées). Je suis ici les enjeux que se donne aujourd'hui une certaine pensée posthumaniste américaine héritière de Derrida (représentée notamment par Cary Wolfe), pensée sensible à une extériorité constitrice de l'humain qui, lue au sérieux, affecterait de manière "virale" ses lieux et ses récits.

Mots-clés


animal incongru; Darrieussecq; Chevillard; Derrida; hérisson

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo