Homosexualité vs. Homo-sexualité chez Marguerite Duras

Laurent Camerini

Résumé


Avec l’arrivée, en 1980, de Yann Lemée, l’amant homosexuel qui devient Yann Andréa (Steiner), le thème de l’homosexualité tend à s’affirmer. La Maladie de la mort, polémique par rapport au Sida, reste assimilée pour certains à une vision négative de l’homosexualité, confortée par les propos homophobes tenus alors par Duras. Cependant, face à la critique d’un homocentrisme, une autre vision de l’homosexualité s’est développée. Ce qui nous intéresse est de savoir où se situe le hiatus et comment l’interpréter ? En effet, une homo-sexualité semble se profiler, prenant de la distance avec l’étiquette du sexuel, qui réduit ce statut autre mais pas forcément différent. Sans nier les propos inacceptables de Duras, nous chercherons à comprendre ce que l’homo-sexuel a pu représenter et s’il n’est pas à rapprocher de cette volonté de débarrasser l’être de toute identité, de le rapprocher d’un genre nouveau, comme le prouve un autre personnage, celui d’Ernesto.


Mots-clés


homosexualité; Duras; genre; identité

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo