Voici venu le temps d’aimer: Les camaraderies utopiques d’Alain Guiraudie

Olivier Cheval

Résumé


L’œuvre d’Alain Guiraudie rompt avec la représentation naturaliste de l’homosexualité par le cinéma français des années 1980 et 1990 comme pulsion charnelle troublant l’ordre social. Dans les films du cinéaste aveyronnais, l’homosexualité ne pose pas problème : elle est normalisée, universellement acceptée, détachée de tout particularisme socioculturel, de tout stéréotype identitaire, de tout marquage visible, jusqu’au merveilleux ou au burlesque. Cet article s’interroge sur l’inquiétude politique qui double ce geste utopique et hédoniste : que peut bien apporter la victoire des luttes homosexuelles pour la reconnaissance et la normalisation si elle ne participe pas à faire bouger ensemble toutes les lignes du monde social ?

Mots-clés


camaraderie homosexuelle ; indifférenciation ; convergence des luttes ; politique cinématographique ; utopie

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo