Le discord intérieur des personnages de Marie NDiaye

Chloé Brendlé

Résumé


L’article compare les discours intérieurs des personnages de Marie NDiaye dans les romans de la mauvaise conscience que sont Rosie Carpe, Mon cœur à l’étroit, Trois femmes puissantes et Ladivine. Il en étudie les moyens narratifs et les imaginaires esthétiques et philosophiques. Très présente, la régie narrative traduit le clivage intérieur des personnages, pris entre désir de maîtrise et effondrement. Il s’agit alors moins de montrer la construction d’un sujet et de son for intérieur que de mettre en scène de façon critique l’intériorisation des injonctions sociales. De façon étonnante, ce ne sont pas des références modernes qui permettent à l’écrivaine de signifier cette tension, mais la réactualisation du conflit médiéval des vices et des vertus et de la dialectique classique entre corps et esprit. Au plus près de la description des maladies de la norme par des sociologues et des psychanalystes, Marie NDiaye propose une « psycho-socio-machie » actuelle.

 


Mots-clés


discours intérieur ; subjectivation ; normativité ; régie narrative ; psychomachie

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo