La représentation de l’esprit dans la narratologie postclassique : un bref état de l’art

Sylvie Patron

Résumé


La narratologie cognitive représente aujourd’hui l’une des tendances les plus importantes et les plus productives de la narratologie postclassique. Une partie des travaux réalisés dans ce domaine s’est concentrée sur la représentation de l’esprit des personnages dans les récits fictionnels et sur les réponses des lecteurs confrontés à ce type de représentation. Il s’agit de travaux plus ou moins coordonnés, mais on verra qu’au-delà de certains points qui font consensus, il existe des lignes de fracture qui apparaissent en particulier dans des articles. Il existe aussi des formulations plus ou moins radicales des mêmes propositions. Cet article présente un état de l’art des différentes contributions à l’étude de la représentation de l’esprit des personnages dans les récits fictionnels. Seront envisagés successivement : l’invention des esprits fictionnels dans les ouvrages d’Alan Palmer (2004 et 2010) ; la réponse apportée par Lisa Zunhsine (2006) à la question “Pourquoi lisons-nous de la fiction ?” et la contribution de la théorie de l’esprit ; l’approche diachronique de la représentation des esprits fictionnels dans un ouvrage collectif dirigé par David Herman (2011) ; les débats suscités par la “narratologie non naturelle” ; enfin, l’apport des travaux récents de Marco Carracciolo (2014).


Mots-clés


narratologie postclassique ; narratologie cognitive ; esprits fictionnels ; théorie de l'esprit

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo