L’été est-il la “saison des best-sellers” ?

Amélie Chabrier

Résumé


Cet article retrace d’abord l’histoire de l’émergence de ce qui paraît être aujourd'hui une évidence, la lecture comme occupation phare de l’été, et qui pourtant ne va pas de soi : c’est un phénomène qui date du développement des loisirs en France, qui c'est construit discursivement, et qu’il faut relier aux industries culturelles. L’étude se concentre ensuite sur les discours médiatiques qui construisent une articulation en apparence naturelle entre la notion de best-seller, un certain genre de littérature (le roman d’évasion), et la temporalité externe, saisonnière, de l’été. Quels sont les enjeux économiques, commerciaux, éditoriaux, derrière ces chorégraphies médiatiques, qui chaque année, élisent des « livres de l’été » ? Quelle incidence réelle (mesurable en chiffres de vente) sur la catégorie du best-seller ?


Mots-clés


best-seller; livres de l'été; discours médiatiques; société des loisirs; édition

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo