Les algorithmes rêvent-ils de best-sellers ? Essai de cartographie poétique automatisée de romans francophones à succès

Pierre-Carl Langlais

Résumé


Existe-t-il une recette pour écrire un best-seller ? Paru en septembre 2016,The Bestseller Code  mobilise les ressources du machine learning pour « cracker » le code et prétend à 80 % de réussite. Le questionnement sur la généricité du best-seller se trouve par là relancé. Nous présentons ici la classification automatisée d'un corpus francophone entre 2007 et 2016 : nous procédons à  une cartographie raisonnée des agencements lexicaux identifiés dans dix modèles différents. Leur inégale distribution dans l’espace permet de construire une taxinomie. Ces catégorisations sont fragiles : le best-seller semble affecté d'un épuisement générique qui se double d’un épuisement auctorial, plusieurs régimes de discours et plusieurs styles pouvant cohabiter dans un même ouvrage. Plutôt qu'à un genre, le best-seller correspond à un paradigme socio-esthétique en redéfinition constante, fondé sur une dynamique mimétique d'emprunts mutuels.

Mots-clés


best-seller ; auctorialité ; littérature française du XXIe siècle ; humanités numériques ; lecture distante

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo