Writing Back from the Banlieues: in Search of Refamiliarization

Alec G Hargreaves

Résumé


Dans un monde où les distances semblent constamment se rétrécir, les perceptions des banlieues des villes françaises constituent une anomalie frappante. Situées à quelques kilomètres seulement du cœur des grands centres de population français, les banlieues sont souvent considérées par ceux qui n’y habitent pas comme des lieux irrémédiablement étrangers.

Cet article examine deux stratégies largement employées par les auteurs descendant d’immigrés maghrébins pour tenter de surmonter la marginalisation des banlieues et des populations qui leur sont associées dans les yeux ethniques majoritaires. Les deux impliquent de retravailler des conventions associées au récit de voyage. Le premier opère par une quasi-absence de mouvement, ironisant par endroits sur l'idée du voyage lointain, et essayant d'effacer les barrières ethnicisées en suggérant que les différences entre les banlieusards ethniques minoritaires et lesvlecteurs «blancs» dans les quartiers plus riches peuvent être aussi légères que la distance physique dui les sépare. La deuxième explore la capacité des lieux spatialement éloignés à recadrer les personnes associées à la banlieue, ce qui peut contribuer à gommer les préjugés ethniques en France. Ces deux stratégies visent à obtenir un effet qui, en adaptant la notion de “défamiliarisation” de Shklovsky, pourrait être une “refamiliarisation”.


Mots-clés


banlieues; récit de voyage; littérature post-coloniale

Texte intégral :

PDF (English) HTML (English)





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo