Postures de déviance et de marginalité comme fondement d’une esthétique de la bâtardise dans les romans de Fatou Diome

Khady Fall Diagne

Résumé


L’œuvre de Fatou Diome est souvent associée au thème de l'immigration et à l'esthétique de la "migritude". Pourtant, la question de l'ailleurs dans son l’écriture mérite une nouvelle attention et contribue à un renouveau dans l'approche contemporaine de l'écriture romanesque francophone. En effet, dans les romans de Fatou Diome, la projection d’un ailleurs géographique semble se doubler d’un autre dessein : (se) délimiter un territoire ego-géographique dont les frontières propres échappent à tous les espaces définis et normés, qu’ils soient physiques ou littéraires. Aussi, la cartographie diomienne souligne la complexité de l'interaction entre espace géographique référentiel et espace littéraire et participe de l'esthétique de la marginalité savamment construite par l’auteur. Ainsi, recréant une géographie imaginaire au cœur de laquelle l'auteur se délimite un espace affranchi de toutes normes, siège de la parole, la scène paratopique instaure au cœur du texte diomien l’estompage subtil des frontières identitaires, esthétiques, littéraires. Par cette stratégie, l'auteur développe, à travers une posture de marginalité revendiquée, incarnée et transposée dans sa plume, l’esthétique de la bâtardise.

Mots-clés


bâtardise; marginalité; paratopie; Diome; egogéographie

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo