Du terrain au texte : le cas des témoignages ethnographiques de la collection ‘Terre Humaine’

David Couvidat

Résumé


Les expériences et les choix poétiques des auteurs de la collection “Terre Humaine”, fondée en 1955 par Jean Malaurie, participent au renouvellement des récits ethnographiques, autographiques et viatiques. Du terrain au texte, les volumes présentent au moins trois caractéristiques communes qui esquissent un témoignage ethnographique, dans le prolongement des derniers Rois de Thulé et de Tristes tropiques. Tout d’abord, ce genre se fonde sur une perception singulière d’un changement culturel observé et vécu en partageant les vies quotidiennes de membres de sociétés marginales, en référence à une approche phénoménologique et humaniste. Ensuite, en collaboration avec l’éditeur, les volumes de la collection s’efforcent de documenter des mémoires collectives en comparant chacune des expériences individuelles avec les points de vue des autres habitants. Enfin, les auteurs des témoignages ont traversé à plusieurs reprises des frontières culturelles, quittant temporairement leurs lieux d’origine pour écrire sur la distance entre une société et une civilisation. Le regard singulier, documenté et éloigné qui rassemble les témoignages ethnographiques publiés dans la collection contribue à redéfinir les statuts du savant et de l’artiste.


Mots-clés


témoignage ethnographique ; collection “Terre Humaine” ; mémoire collective ; péritexte éditorial ; Jean Malaurie

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo